Il y a plus de 50 ans, Thomas Merton, devenu moine cistercien aux Etats-Unis, éditait son livre autobiographique intitulé : " Nul n'est une île " (Edition du Seuil, 1956).
Une paroisse non plus n'est pas une île.
Non, si elle veut survivre, elle n'a plus le droit d'être un enclos calfeutré à l'ombre de son clocher.

Notre communauté paroissiale prend conscience que ce n'est pas pour se réfugier loin de leurs responsabilités que les chrétiens d'aujourd'hui se rassemblent dans une église.
Au temps des premiers martyrs, les chrétiens devaient se cacher dans les catacombes pour pouvoir célébrer ensemble.
Aujourd'hui, dans la plupart des pays, le contexte social est tout autre. Une paroisse doit pouvoir ouvrir ses fenêtres au vent du large, aux diversités sociales ou culturelles et répondre aux appels qui viennent de près ou de loin.

Oui, Notre paroisse « sans frontières » accepte d'ouvrir ses portes en élargissant ses solidarités aux dimensions du monde.

Solidarités avec le monde

 

Cette image résume bien les grands axes des solidarités vers lesquels tend notre communauté paroissiale. Comme le dit Dom Helder Camara dans son "Credo": " Je ne croirai pas que je n'ai pas à m'occuper de ce qui arrive loin d'ici. Je veux croire que le monde entier est ma maison et que tous moissonnent ce que tous ont semé".

En Europe
 

Solidarité avec les personnes fragilisées.

Dans cette Europe qui est reconnue comme un continent riche, la pauvreté ne cesse d'augmenter.
Des synergies existent depuis longtemps entre notre paroisse et la " Conférence de Saint Vincent de Paul " de la Commune de Rixensart.
Dans la corbeille du partage, des vivres sont rassemblés,au fond de l'église durant les temps de l'Avent et du Carême.
De nombreux SDF frappent à notre porte. Nous voudrions leur tendre la main directement. Mais nous sommes bien obligés de reconnaître qu'une petite paroisse comme la nôtre n'est pas toujours en mesure de faire la différence entre des personnes réellement dans le besoin et d'autres. Il faut pouvoir les accueillir, échanger avec elles et voir quels sont leurs besoins les plus urgents.
Le pôle « Saint-Vincent de Paul » de Rixensart est spécialisé dans l'aide aux plus démunis. C'est vers ce "pôle" que l'Equipe d'Animation de notre paroisse a décidé d'orienter les demandes d'aides qu'elle reçoit.
Un subside annuel est alloué à "Saint-Vincent-de-Paul". Et si un cas particulier se présente, nous sommes ouverts à une aide financière complémentaire.
Fondées en 1833 par Frédéric OZANAM, les Conférences St Vincent de Paul regroupent des équipes de laïcs liés par l'amitié et dont le projet se résume en 3 mots : " Aimer - Partager - Servir ".

En Amérique latine
 

Solidarité avec les enfants des rues au Brésil.

Depuis plus de 25 ans, notre communauté paroissiale soutient, dans la mesure de ses possibilités, le Village d'enfants " Crianças do Mundo " au Brésil.
Ce village fut créé en 1987 par deux genvalois, Evelyne et Michel van der Meersch, pour venir en aide aux enfants des rues ou en grand danger moral et social dans les favelas de la région de Minas Gerais (Centre Ouest du Brésil). Ces enfants y sont accueillis avec respect. Ils reçoivent une formation humaine et chrétienne.

 

" Crianças do Mundo " met tout en oeuvre pour leur donner accès à une vie meilleure.

Au début de 2004, la paroisse St-Pierre de Genval décida d'accroître son aide en octroyant une bourse d'étude correspondant aux frais d'une année scolaire dans le secondaire de l'enseignement libre au Brésil, l'enseignement officiel étant quasi inexistant dans ce pays.

Le Comité des fêtes de la paroisse organise chaque année une séance théâtrale au Centre Culturel de Genval, avec la troupe Famanonima. Les membres de notre communauté paroissiale s'y rendent nombreux.

Plusieurs secteurs composent l'asbl "Crianças do Mundo".

La maison de l'Internat (où habitent Evelyne et Michel) sert d'auberge pour les enfants ayant des difficultés temporaires dans leur famille ou pour des groupes de 5 à 8 enfants.

Le Centro de Convivência accueille une quarentaine de garçons et filles de 8 à 13 ans. La plupart sont issus de la favela la plus dangereuse de la région.

Un autre Centre accueille les adolescents de 13 à 16 ans. Ces jeunes y sont pris en charge pour une étude dirigée, une formation plus poussée en informatique et au niveau sportif. Ces ados sont mis à contribution pour l'organisation ou la direction des activités avec les plus jeunes.

Le couple fondateur nous tient au courant de ses succès mais aussi de ses déboires. Une belle entreprise à encourager !

CRIANÇAS DO MUNDO aura 30 ans en cette année 2017.

 

En Afrique
 

 

Solidarité avec les orphelins de Matara au Burundi.

Suite aux terribles années du génocide au Burundi, on a recensé 1.200 orphelins de père et de mère dans cette paroisse de Matara et ses succursales (30.000 habitants).

Durant de nombreuses années, la paroisse St-Pierre de Genval s'est investie pour venir en aide à cette région éprouvée d'Afrique:

- Permettre l'accès aux études à plusieurs jeunes.
- Apporter un soutien au centre culturel local ...

Mais à présent, vu le contexte politique, nous avons perdu le contact avec eux.

Solidarité avec la Fondation FOTCHUKAM en République démocratique du Congo

L'abbé Tchuma Kagoma, actuel curé de la Communauté paroissiale de St-Pierre à Genval, est à l'origine d'une fondation engagée sur le terrain de la santé, de l'enseignement, de l'agriculture et de l'élevage. Elle se met au service de tous les habitants. Chrétiens de diverses confessions, musulmans et autres: tout le monde se donne la main et on travaille ensemble !
La Fondation est implantée à Boende, dans l'actuelle province de la Tshuapa, une région située au coeur de la forêt vierge.
L'école est payante dans tout le pays. Mais comme les paysans vivent dans une extrême pauvreté, ils n'ont pas les moyens de financer les études de leurs enfants. C'est une des raisons pour lesquelles beaucoup restent illettrés. Et pour rejoindre l'une des trois écoles de cette vaste région, ils doivent parcourir à pieds de longues distances, par tous les temps, même en saison des pluies. Les locaux scolaires sont en paille sur terre battue.
Avec l'aide de la fondation, une école en dur commence à sortir de terre. Une lueur d'espoir renaît. Des jeunes auront accès aux études....
Un courant de solidarité anime la paroisse. Les gens s'investissent dans des actions diverses:

•  Organisation de spectacles au Centre Culturel par le Comité des fêtes,
•  Don de vêtements et confection de tricots légers,
•  Chacun fouille dans sa cave ou son grenier...
De nombreux objets ont déjà été rassemblés pour subvenir aux besoins les plus urgents des populations de cette région défavorisée du Congo.

 

Dernière mise à jour : 31-jan-17